logo archives apmmonaco - Video Monaco Channel Archives Audiovisuelles de Monaco

video

31 October 2017

Ciné-Concert : "FAUST" de Friedrich Wilhelm Murnau - Mercredi 8 novembre 2017, 20h00 - Salle Garnier

CINÉ-CONCERT, avec l’Opéra de Monte-CarloImprovisation musicale au piano par Jean-François Zygel.​

FAUST de Friedrich Wilhelm Murnau (1926)"Faust - Eine deutsche Volkssage" • Allemagne, 1926, noir et blanc, muet, 90 minutes.Réalisation : Friedrich Willhelm Murnau. Auteur de l’œuvre originale : Johann Wolfgang von Goethe, d’après le poème Faust. Adaptation : Hans Kyser. Image : Carl Hoffmann. Décors : Robert Herlth, Walter Röhrig. Costumes : Georges Annenkov. Production : Universum Film AG. Avec : Gösta Ekman (Faust), Emil Jannings (Méphisto), Camilla Horn (Marguerite), Frida Richard (la mère de Marguerite), William Dieterle (Valentin), Yvette Guilbert (Marthe Schwerdtlein), Eric Barclay (le duc Herzog de Parme), Hanna Ralph (la duchesse de Parme) Werner Fütterer (l’archange).

L’HISTOIRE : Dans les nuées célestes, l’Archange de lumière, symbole du Bien, dresse sa rayonnante stature contre Méphisto, le Mal incarné. Celui-ci se fait fort de triompher par ses maléfices de l’intelligence humaine : il choisit comme victime le docteur Faust, vieil alchimiste célèbre pour ses travaux et sa piété. Comme prélude à son œuvre funeste, Méphisto déchaîne la peste sur le monde. Faust se sent impuissant. Pourtant un grimoire l‘amène à invoquer le Diable. Celui-ci apparaît et Faust signe avec lui un pacte de vingt-quatre heures afin de sauver les malades.

CRITIQUE : C’est à l’évidence l’un des films les plus ambitieux de l’histoire du cinéma tant sur le plan thématique que formel. Murnau, dans son dernier film allemand, a voulu dépeindre l’affrontement de Dieu et du Diable, de la lumière et de l’obscurité, de l’homme et des forces occultes, grâce à une utilisation maximale des pouvoirs du cinéma dans des domaines de l’espace, de la photographie, de l’interprétation. (…) Toutes les ressources du clair-obscur sont employées ici pour faire vibrer ces espaces et pour qu’à la place d’une expression trop simpliste, schématique et manichéenne des grandes luttes qui façonnent l’univers, surgissent une succession de visions magiques où la lumière et l’ombre s’enlacent, s’empoignent, se mélangent selon des rapports de force plastiques et dynamiques toujours changeants et imprévisibles.
Jacques Lourcelles in Dictionnaire du cinéma, Éditions Robert Laffont, 1992

© 2012/2016 - Archives Audiovisuelles de Monaco - Monaco Channel