logo archives apmmonaco - Video Monaco Channel Archives Audiovisuelles de Monaco

video

11 May 2017

Mardis du Cinéma : "Tucker" de Francis Ford Coppola - Mardi 23 mai 2017, 20h30, Théâtre des Variétés

Première partie : l'instantané "Monaco en films"
Insolite, étonnant, unique, un document d'archives sur Monaco est présenté sur grand écran.

Court-métrage : "In My Merry Oldsmobile" de Dave FleischerÉtats Unis • 1932 • Noir et Blanc • 6 min.
Johnnie a une superbe automobile, quand il emmène sa belle faire un tour, tout finit par des chansons. Dans la série des Screen Songs, une légende du cinéma d’animation américain"TUCKER" de Francis Ford Coppola (1988)(Tucker, the Man and His Dream)
États-Unis - 1988 - couleurs - 110 minutes
Réalisation : Francis Ford Coppola. Scénario : Arnold Schulman et David Seidler. Image : Vittorio Storaro. Décors : Dean Tavoularis. Costumes : Milena Canonero. Musique : Joe Jackson, Carmine Coppola. Montage : Priscilla Nedd-Friendly. Production : Lucasfilm Ltd.
 Avec : Jeff Bridges (Preston Thomas Tucker), Joan Allen (Vera Tucker), Martin Landau (Abe Karatz), Frederic Forrest (Eddie Dean), Mako (Jimmy Sakuyama), Elias Koteas (Alex Tremulis), Christian Slater (Preston Tucker, Jr), Nina Siemaszko (Marilyn Lee Tucker), Anders Johnson (Johnny Tucker)

HISTOIRE : En 1948, le jeune ingénieur américain Preston Tucker conçoit une automobile révolutionnaire qu’il baptise de son nom. Le succès prévisible déclenche une contre-attaque immédiate des trois grands constructeurs, General Motors, Chrysler et Ford, pour tuer le projet dans l’œuf. Mais Tucker est décidé à ne pas se laisser faire et à réaliser son rêve.

CRITIQUE : Dans le cinéma des années 30 qui gardait une confiance aveugle dans la démocratie, Tucker (comme le James Stewart de Mr Smith au sénat) eût probablement annihilé les combines des méchants avec, pour seule arme, sa pureté. Le Coppola des années quatre-vingt sait, hélas, qu’à l’impossible, l’Amérique n’est plus tenue désormais. Et c’est pourquoi sans doute, sous ses dehors rutilants, Tucker est, comme l’a dit Coppola, un ‘‘film tragique’’. Empreint à la fois du désir naïf de croire encore à l’existence même de la naïveté. Et du chagrin de savoir cette bataille perdue d’avance. C’est de cette lutte que Tucker tire sa nostalgie et sa beauté.
Pierre Murat in Télérama n° 2035 du 11 janvier 1989.​​

© 2012/2016 - Archives Audiovisuelles de Monaco - Monaco Channel