Logo Institut audiovisuel de Monaco

news

19 April 2016

"Si loin, si proche !" : Les Anecdotes

Nos anecdotes relatives au film "Si loin, si proche !" que nous vous proposons ce mardi 19 avril, à 20 h 30 au théâtre des variétés de Monaco : 

"Les Ailes du désir" s’achevaient par l’ange Cassiel, abandonné, assis sur l’épaule dorée de l’Ange de la Victoire. Un peu perdu, il laissait errer son regard sur Berlin. "A suivre...", pouvait-on lire sur la dernière image du film. Une mention que nous n’avions pas vraiment pris au sérieux à l’époque. « En fait, par cette promesse, je voulais surtout donner à Otto Sander, l’impression que Cassiel ne resterait pas perché là-haut éternellement. Un jour nous le ferions redescendre. » Wim Wenders
C’était en 1987. Six ans plus tard : "Si loin si proche !" Ce qui paraissait impensable est arrivé : le mur de Berlin est tombé. Cassiel est toujours là mais il ne veut plus être « l’ange des solitudes », l’observateur silencieux des vies humaines. Il attend la première occasion pour passer de l’autre côté. Mais il réalise aussitôt combien sont nombreuses les contraintes de la société humaine.

« La lumière du corps, c'est l'œil », dit l'ange Cassiel au début de "Si loin, si proche !" « Vous que nous aimons, vous ne nous voyez pas, ne nous entendez pas. Vous nous imaginez si loin, mais nous sommes si proches !... Nous ne sommes ni lumière, ni message, mais les messagers. " 

Dans une écluse étrange surmontée de poutrelles, un de ces décors sublimes dont Wim Wenders a le secret, une péniche est entrée. Non, pas l'Atalante : l'Alekahn. Du nom de son batelier Henri Alekan. Le grand Alekan, le célèbre chef opérateur qui, après avoir réalisé l'image noir et blanc de L'Etat des choses et des Ailes du désir, fait ici un peu de figuration. L'amitié, toujours l'amitié, dont parle si bien l'ami Wenders.

Le montage définitif du film, comporte trente minutes de moins que la version présentée au festival de Cannes en 1993, où il a d’ailleurs reçu le Grand prix du jury. Wenders a retranché du film des péripéties annexes qui par contrecoup permet à la ligne directrice du film de mieux ressortir, sans en changer fondamentalement l’aspect général.

© 2012/2018 - Institut audiovisuel de Monaco - Monaco Channel