Logo Institut audiovisuel de Monaco

video

13 March 2019

"FREE ZONE" d'Amos Gitai - Mardi 19 mars 2019, 20h00, Théâtre des Variétés de Monaco

Projection suivie d'un débat avec les Rencontres Internationales Monaco et la Méditerranée (RIMM).​"FREE ZONE" d'Amos Gitai (2005)France, Israël, Belgique, 2005, couleurs, 90 minutes.Réalisation : Amos Gitai. Scénario : Amos Gitai, Marie-José Sanselme. Image : Laurent Brunet. Son : Michel Kharat. Décors : Miguel Markin. Costumes : Aline Stern, Natali Kanevtsky. Montage : Isabelle Ingold, Yann Dedet. Production : Agav Films (Paris), Agat Films & Cie, Golem Productions, Artémis Productions, Agav Hafakot, Hamon Hafakot, Arte France Cinéma, Cinéart, Scope Invest, Yisrael Eser Channel, Yes Satellite, Radio-Télévision Belge Francophone, Bac Films, United King Films. Avec : Natalie Portman (Rebecca), Hanna Laslo (Hanna), Hiam Abbass (Leila), Carmen Maura (Madame Breitberg), Makram Khoury (Samir).L’HISTOIRE : Jérusalem. Rebecca pleure à l’arrière d’un taxi, devant le Mur des lamentations. Américaine, elle était venue vivre en Israël avec son ami, de qui elle s’est récemment séparée. Elle demande à la conductrice du taxi, Hanna, de l’emmener, peu lui importe où. Celle-ci refuse : elle a des affaires à régler en Jordanie. Rebecca la persuade de la laisser l’accompagner...​CRITIQUE : Cette machine à voyager qui devient théâtre ambulant, scène d’affrontement, de rencontre, de connivence entre celles qui s’y trouvent c’est évidemment le cinéma lui-même. Sans doute Gitai retrouve-t-il le ressort cinématographique de l’automobile si bien utilisé par le burlesque, modifié par Rossellini dans Voyage en Italie, déplié et amplifié par tous les films ‘‘roulants’’ de Kiarostami. (…) Cette histoire-là, qui tient en partie du jeu de bonneteau, d’une sorte de tour de passe-passe mené de main de maître entre les héroïnes, les actrices, les situations romanesques, les références à la réalité politique de la région, engendre un vertige dont l’un des plus improbables mérites est d’être souvent joyeux, en tout cas vivace. Il est à la fois certain et inexplicable que cela soit directement lié au fait que les trois personnages principaux sont des femmes.Jean-Michel Frodon in Cahiers du cinéma n° 606, novembre 2005.

© 2012/2018 - Institut audiovisuel de Monaco - Monaco Channel